L’escrime est un sport d’opposition.

L’affrontement ne se présente pas dans des conditions semblables à celles des autres sports : l’utilisation d’une arme a pour conséquences d’imposer des règles de sécurité, d’éloigner les protagonistes et donc modifier l’espace d’intervention de l’élève.

Par intermédiaire de l’arme, une relation se crée entre les deux escrimeurs sur le plan psychologique et psychomoteur.

Comme tous les sports d’opposition, c’est un sport individuel se pratiquant à deux, dans lequel il en peut y avoir dépassement de soi-même qu’à travers l’autre.

La manipulation fine de l’arme répondra à la force physique.

Elle oblige l’impulsif et le violent à se maîtriser.

Au contraire, celui qui est plus réservé, sous le masque, pourra d’avantage s’exprimer.

L’arme permet de rétablir l’équilibre des forces entre deux élèves.

 

L’apport de l’escrime sur le plan psychologique.

LA CONFIANCE EN SOI :

Le port du masque permet à l’élève de s’exprimer plus librement. Il ne doit compter sur lui-même pour sortir vainqueur de l’affrontement.

LA COURTOISIE ET LA LOYAUTE :

Le cérémonial est le signe extérieur de l’engagement tacite de respecter l’autre. L’arbitre établit un climat de politesse : on salue son adversaire et l’arbitre au début et à la fin du combat.A la fin de l’assaut, après le salut, la poignée de main rappelle la courtoisie que l’on manifeste vis à vis de l’adversaire : qu’il soit plus fort ou plus faible.

L’ATTENTION :

Elle est la qualité dominante développée.La situation de face à face dans un espace limité, ainsi que le champ visuel restreint, favorisent la concentration : elle est indispensable à l’observation des actions et réactions de l’adversaire.

LA MAÎTRISE DE SOI
:

La nécessité de contrôler en permanences les actions à entreprendre et les réactions de l’adversaire, oblige à maîtriser ses émotions (impulsivité, colère, abattement, enthousiasme excessif).

 

 

L’apport de l’escrime sur le plan psychomoteur.

STRUCTURATION DU SCHEMA CORPOREL :

L’utilisation de l’arme modifie l’espace d’intervention du tireur et l’amène à mieux prendre conscience de son corps.Par la nature même du jeu, flexions et extensions des bras (armé et équilibrateur), et des jambes (fente et retour en garde) sont largement utilisées.

AFFIRMATION DELA LATÉRALITE :

La position à l’amble (la jambe qui correspond au bras armé est en avant) favorise un renforcement de la latéralité, de même que le maniement de l’arme à une main.

CONTRÔLE DEL’ÉQUILIBRE :

Il passe par une maîtrise des appuis lors des différents déplacements.

ORGANISATIONDE L’ESPACE :

La gestion de la distance par rapport à l’adversaire et l’intégration de l’aire d’évolution développent une meilleure organisation dans l’espace.

COORDINATION SPÉCIFIQUE A L’ESCRIME :

Elle se traduit par l’antériorité de l’action de la main et du bras sur les jambes.

TRAITEMENT DEL’INFORMATION :

Chaque situation prévue ou non prévue entraîne une réponse adaptée.

PRÉCISION :

La coordination occulo-manuelle est développée dans la conduite de la pointe vers la cible.

 

Source :

http://www.escrime-ffe.fr/Site_FFE/escrime/pourquoi.htm

Publicités

Publié par Sarah

Je suis escrimeuse en équipe de France depuis plus de 20 ans. Médaillée olympique, je partage ma vision sur le sport, son économie, sa digitalisation, sa politique, etc. Je suis aussi une digital native, passionnée par l'innovation et l'High Tech.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s