Finaliste de la sportive numérique de l’année 2015, j’ai eu l’occasion de me rendre à cet évènement très impressionnant et intéressant dont la thématique est le digital dans le sport.
Des startups, des athlètes, des professionnels du sport et du numérique, tous présents au Stade Jean Bouin pour l’évènement.

Vous pouvez retrouver mon interview ici :


Durant l’évènement, en tant que digital native et passionnée d’innovation, j’ai fait un peu le tour des startups et ai essayé quelques produits.

Cela fait plus de 20 ans que je suis en équipe de France et pendant toutes ces années, j’ai dû faire de l’escrime mais aussi, de la musculation, du vélo, du rameur, etc. Pendant ces heures de souffrance, il m’arrivait de m’évader quelques fractions de secondes, généralement à l’échauffement ; parce que faire 1 H de rameur ou de vélo, pour moi, ça n’a rien de vraiment de trippant, cela devient ennuyant pour moi. Plutôt l’impression de me démotiver à la longue !
Vous êtes face à votre mur et vous ramez, ramez et encore.

Puis il y a eu, dès écrans TV, radio et Même Internet sur les écrans des rameurs et mêmes vélos. J’ai testé…. bof !

Donc que ne fut pas ma surprise en découvrant Holodia, la startup qui veut transformer les salles de sport en véritable excursion !!

Sans tarder je me suis jetée sur leur produit et j’ai testé ! J’aurai été heureuse des années plus tôt de découvrir ce produit. La Startup, Française propose donc de pratiquer ces sports en combinant la réalité virtuelle, et oui ! Pour l’instant pour bénéficier du produit, en ramant, vous avez un casque de réalité virtuelle sur la tête. Si on se laisse porter un peu plus -et vu comme la technologie accélère- on peut imaginer, plus tard la réalité virtuelle sans casque.
Bon ok je reviens à Holodia dans le présent 😉


Présentation du produit.

La Startup a associé un ordinateur et un HTC Vive qui nous permettent donc de pratiquer de façon ludique.

J’ai testé leurs univers virtuels.

On se met sur son rameur, on enfile son masque et….on décolle ! Changement de décor en une fraction de seconde. On voyage tout de suite. Je me suis retrouvée à la montagne, sans y avoir mi les pieds mais avec le sentiment d’y être aller. L’expérience est vraiment bleuffante!

L’expérience utilisateur est parfaite, les détails sont précis. Les univers sont vraiment exceptionnels, le dépaysement est bien au rendez vous. On s’évade tout de suite, le plus gros risque au final, c’est peut être de ne plus avoir envie de ramer. Mais l’évolution dans le monde virtuel dépend de votre implication dans l’exercice sportif. Donc finalement, cela nous donne très envie de continuer, de recommencer encore et encore !!!
Juste un point désagréable, est la sueur avec le casque sinon ce produit est vraiment idéal ! C’est vraiment du sport immersif !

Je l’ai testé seule mais on peut profiter d’un environnement multijoueurs (septembre/octobre) en ligne ou juste l’un à côté de l’autre.

 

La version actuelle est compatible avec les rameurs Concept2 et le travail d’adaptation sur vélos Matrix et Technogym est en cours (horizon septembre/octobre).

Le logiciel contient 8 environnements : 7 évasion au parcours dune durée de 30′ à peu près et un environnement de sport play. Dans ce dernier l’embarcation vole et l’utilisateur en contrôle l’attitude avec son effort. Le principe est de passer dans des cercles positionnés à différentes altitudes sur le parcours. Un coup de rame fait décoller l’embarcation pour une parabole, une montée en altitude nécessitant ainsi un effort soutenu.

La solution est plutôt axée B2B plutôt que B2C. Euuh il faut quand même plus de 10K pour se l’offrir….! Donc, euuuh, je ne l’ai pas acheté !

 

Du côté de la startup.

La startup a tout d’abord levé 300 K€. Le CEO confirme que rien qu’avec les pré-commandes ils ont la certitude d’approcher leur seuil de rentabilité. La société loue ou vend son matériel.  Chaque machine est vendue environ 15.000 euros, ou louée 300 euros par mois.

Et les salles de sport ont l’air emballées, à en croire Olivier Zitvogel. « 20 machines sont déjà commandées. Nous sommes même en discussion avec une entreprise allemande pour 400 machines », précise-t-il. Pas mal pour une petite start-up fondée en 2014 et qui embauche maintenant 12 personnes. Pour l’instant, on ne sort que le rameur, car nous voulons proposer un produit fini, sans bug. Mais nous travaillons également sur le vélo et le vélo elliptique ».

 

YYyyyaaaaaahh. Excellente expérience. Si vous avez l’occasion de les croiser, n’hésitez pas une seconde !

 

See on Scoop.itDigital Sport : Objets connectés, réseaux sociaux, infographie, etc.

Publicités

Publié par Sarah

Je suis escrimeuse en équipe de France depuis plus de 20 ans. Médaillée olympique, je partage ma vision sur le sport, son économie, sa digitalisation, sa politique, etc. Je suis aussi une digital native, passionnée par l'innovation et l'High Tech.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s